Print This Post Print This Post

« Le maintien avant tout »


Un casque de course doit-il posséder les mêmes qualités qu’un casque réservé à une utilisation tourisme ou quotidienne ? C’est la question que nous avons posée à Randy de Puniet, pilote Ducati dans le championnat du monde MotoGP, et utilisateur d’un SHARK Race-R Pro :

« Les produits sont proches, bien évidemment, avec comme dénominateur commun la recherche de la sécurité maximum, mais nous avons quand même des priorités différentes. Ainsi, ce n’est pas le confort qui prime quand on pilote en Grands Prix, mais le maintien. Quand on arrive au freinage à plus de 300 km/h, le casque ne doit pas bouger d’un pouce. Il doit être aussi parfaitement étanche, pas question en effet de composer avec des courants d’air qui pourraient perturber la vision. En même temps, le casque doit être léger et bien ventilé au niveau de la calotte pour limiter la transpiration. A ce niveau, le Race –R Pro est un modèle. Je roule en effet généralement sans ouvrir toutes les ventilations. J’apprécie aussi le fait que la visière soit tenue par des vis. Cela est un gage de sécurité en cas de chute. On voit souvent des pilotes perdre leur visière lorsqu’ils se retrouvent dans un bac à graviers. Avec le SHARK, cela n’est pas possible, la visière ne peut pas se déboîter. Sous la pluie, le système anti-buée doit être optimum, c’est pour cela que nous utilisons très souvent un masque. En fait, le casque que j’utilise en course est très proche du modèle de série. Seules les mousses –sur-mesure- et l’entretien assuré par le racing service le différencient d’un modèle du commerce. »

Les commentaires sont fermés.